“Something yet unnamed”, ou si le lesbianisme m’était conté

Une nouvelle très enthousiasmante pour illuminer ces mornes journées de fin d’année : le CRILCQ (Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises) a mis en ligne, il y a quelques jours, les communications du colloque franco-québécois “Fantasy et féminismes, aux intersections du/des genres”. Il était organisé par Marion Gingras-Gagné, Pascale Laplante-Dubé et Marie-Lucie Bougon, et s’est tenu sur Zoom en mai dernier . Les enregistrements sont disponibles à ce lien, aux côtés de deux passionnantes tables rondes, “Jouer et rejouer la quête en fantasy” et “Quand la fantasy se fait politique : révoltes, guerres et tolérance”, qui avaient rassemblé des autrices et éditrices françaises et québécoises.

J’avais eu le plaisir d’y intervenir pour proposer quelques réflexions sur l’intersection du lesbianisme et du conte. Ci-dessous le texte de ma proposition, telle qu’envoyée aux organisatrices à l’époque, pour faire office de résumé :

Les mythologies antiques, le merveilleux médiéval et celui du conte, qui sont aux sources de la fantasy, peuvent également croiser une autre tradition, féministe, de remaniement et réappropriation des récits fondateurs et présupposés normatifs. Parmi les plus diffusées et reprises à travers les siècles et les cultures, l’histoire de Cendrillon n’échappe pas à ce foisonnement de réécritures, et cette communication vise à explorer ce que le lesbianisme “fait” à la trajectoire de cette princesse connue de tou·tes, ce que la sortie de l’hétérosexualité et des structures narratives qui y sont liées “fait” au conte tel qu’il est réinterprété en fantasy. Quelle subversion des normes de genre et de sexualité est-elle alors rendue possible, et que reste-t-il des schémas attendus, répétés et réconfortants de cette forme si codifiée — la fonction de la fée-marraine, l’ascension sociale depuis les cendres de l’âtre que représente le mariage avec le prince toujours charmant, la convention du happily-ever-after ? À travers l’analyse de trois variations contemporaines, “The Tale of the Shoe” tiré du recueil Kissing the Witch: Old Tales in New Skins d’Emma Donoghue (1997), Ash de Malinda Lo (2009), et Cinderella is Dead de Kalynn Bayron (2020), il s’agira de réfléchir à la façon dont le sujet lesbien permet à la fois de déstabiliser les codes du genre et du récit, et de les mettre au jour en les commentant de manière réflexive.

Je mets également à disposition le powerpoint de ma présentation, qui contient notamment les citations sur lesquelles je ne me suis pas attardée à l’oral : Cendrillon-ppt.

Citer ce billet: Manon Berthier, "“Something yet unnamed”, ou si le lesbianisme m’était conté", dans Lectures politiques de la fantasy, publié le 29/11/2021, https://fantasygenre.hypotheses.org/269, consulté le 03/07/2022.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search