Projet de thèse

Pour une lecture politique queer de la fantasy francophone et anglophone contemporaine

Ci-dessous le projet préparé en vue de l’obtention d’un contrat doctoral dans le cadre de l’EUR FRAPP en juin 2020 ; il est bien sûr amené à évoluer.

Dans la continuité des travaux récents, de plus en plus nombreux, sur l’étude de la fantasy et de sa réception, nous souhaitons faire porter notre recherche sur les lectures éthiques et politiques de ce genre littéraire, au prisme des gender et queer studies en particulier. L’un des débats clés de l’étude de la fantasy porte sur son caractère conservateur (maintenant ou renforçant l’ordre établi, valorisant la tradition plus que l’innovation) ou progressiste (exprimant un désir d’amélioration politique et sociale, et proposant par le récit des espaces qui permettraient de telles évolutions) : s’agit-il d’une « littérature de la subversion », comme le suggère Rosemary Jackson1, ou serait-elle nécessairement réactionnaire ? Nous nous intéresserons en particulier à la question du genre (gender) au sein d’un corpus postérieur à la seconde vague féministe des années 1970, quand les réflexions sur cette problématique (même lorsque ce n’est pas le terme choisi) commencent véritablement à irriguer les milieux tant universitaires que militants ou artistiques2.

Nous souhaitons adopter une approche comparatiste à travers l’étude d’une littérature francophone et anglophone, et avons sélectionné comme point de départ à notre étude quelques titres d’autrices de différents pays (États-Unis, Royaume Uni, Canada francophone (Québec), Nigéria, France, Belgique) : The Earthsea Cycle d’Ursula K. Le Guin (1968-2001), Death’s Master de Tanith Lee (1979), La Tueuse de dragons d’Héloïse Côté (2010), Who Fears Death? de Nnedi Okorafor (2010), la duologie Bohen d’Estelle Faye (2017-2019), The Priory of the Orange Tree de Samantha Shannon (2019) et La complainte de Foranza de Sara Doke (2020). Il sera ainsi possible de proposer une étude diachronique sur une période d’une cinquantaine d’années : comment évoluent les représentations du genre et des sexualités en fantasy, et alors qu’autrices comme personnages féminins gagnent en popularité, ce genre littéraire est-il en mesure d’ouvrir textuellement des espaces de transgression ? Les travaux fondateurs de Janice Radway sur les romans sentimentaux ont par ailleurs mis en lumière la tension entre une reconduction de l’idéologie patriarcale dans les textes eux-mêmes et une subversion (partielle) par les appropriations symboliques et pratiques qu’en font les lectrices3. Dans une étude plus récente, la sociologue Viviane Albenga affirme que « les identifications à des figures transgressives ainsi que la lecture d’évasion sont des modalités par lesquelles les femmes et/ou les lecteurs et lectrices homosexuel·les élargissent l’espace des possibles4 ». Cette tension, ces relations de concordance ou de discordance entre les structures et représentations textuelles d’une part, les appropriations par le lectorat d’autre part, nous paraissent particulièrement riches et porteuses pour notre recherche. La question du caractère potentiellement subversif de la fantasy, qui constitue pour la littérature contemporaine l’une des formes les plus évidentes de l’évasion (ou escapism, dont J.R.R. Tolkien a proposé une célèbre défense lors de sa conférence « On Fairy Stories » en 1939), se pose ainsi à deux niveaux : celui des structures textuelles, et celui, plus pragmatique, des lectures et usages faits aujourd’hui de ce corpus littéraire. L’articulation de ces deux niveaux d’analyse exige une approche pluridisciplinaire, et il s’agira de mobiliser les outils du genre et des épistémologies féministes, de l’historiographie et de la théorie littéraire, de la sociologie de la lecture et de la réception.

Littérature de l’imaginaire qui trouve ses sources dans les mythes et épopées antiques, le merveilleux médiéval et celui du conte, la fantasy nous éloigne du « monde réel » autant qu’elle nous est familière par sa reprise de structures narratives traditionnelles5. Or, les codes narratifs ne sont pas neutres : en considérant que le récit est un système idéologiquement chargé, les approches féministes de la narratologie ont permis d’en identifier deux éléments constitutifs primaires — une structuration genrée, hétérosexuelle et asymétrique, et une homosocialité masculine qui dépend également du positionnement du féminin comme « Autre »6. Si un personnage féminin ne peut pénétrer ce système qu’à travers sa relation à un homme, la transgression est-elle possible, et si oui, à quel niveau du récit ? À partir de la théorie de l’espace narratif lesbien et de la définition large du sujet lesbien que déploie Marilyn Farwell7, nous chercherons à savoir si l’éventuelle dimension alternative de la fantasy permet de la concevoir comme un espace littéraire subversif permettant une refonte des structures binaires traditionnellement présentes dans les récits occidentaux (masculin/féminin, sujet/autre, actif/passif, etc.).

Qu’elles renvoient aux commencements du monde et à un passé disparu, ou qu’elles nous fassent redécouvrir des temps plus récents transformés par l’intervention du merveilleux, les œuvres de fantasy reflètent également le regard que porte une société sur l’Histoire : par qui et pour qui le récit, historique et/ou littéraire, est-il produit ? qui y est autorisé·e à agir, et qui y est au contraire condamné·e au silence ? On pourra convoquer ici les épistémologies féministes qui s’intéressent aux productions marginales et aux cultures dites « minoritaires » en défendant un savoir à la fois scientifique et politique8. Ces théories nous intéressent pour ce qu’elles nous apportent quant aux marginalités dans les romans de notre corpus, mais aussi sur un plan épistémologique, puisqu’en dépit du nombre croissant de travaux universitaires sur la fantasy cet objet d’étude ne connaît pas encore une réelle reconnaissance institutionnelle. À l’inverse, la science-fiction a depuis longtemps été l’objet de nombreux travaux traitant aussi bien des constructions liées au genre que, plus largement, des liens entre fiction et politique : elle semble à première vue être la forme littéraire la plus à même de projeter des futurs potentiels et de construire des mondes nouveaux, féministes notamment9. Le dernier ouvrage d’Alexis Lothian nous paraît à ce titre particulièrement intéressant : au croisement de l’analyse littéraire et des études de genre, la chercheuse affirme que tout savoir et/ou activisme queer est une forme de fiction spéculative10, et souligne l’importance des futurs imaginés par le passé (en l’occurrence, dans les œuvres de science-fiction sous différents médias) pour penser un présent queer. Les univers de fantasy ne nous sont en général pas postérieurs, et pourtant le rapport particulier qu’ils entretiennent avec l’Histoire nous laisse à penser que les outils déployés par Alexis Lothian pourraient être adaptés au genre littéraire qui nous préoccupe afin d’en faire émerger les particularités.

Nous étudierons en parallèle les lectures effectives de la fantasy, c’est-à-dire sa réception et ses appropriations. Quelles formes prend la co-production du sens des textes par les lecteurs·trices ? Quelle peut être l’influence des romans de fantasy sur les « trajectoires de genre11 » de ces dernier·es, sur une adhésion ou une résistance aux structures patriarcales ? Peuvent-ils alors favoriser des recompositions théoriques quant aux constructions idéologiques normées ? Dans le chapitre de sa thèse consacré aux « lectures éthico-pratiques12 » de ses enquêté·es, la sociologue Elodie Hommel analyse les modalités de leur identification aux personnages, de l’apprentissage de savoirs théoriques et pratiques, et des réflexions suscitées par la lecture (qu’elles portent sur le monde fictif ou réel). Nous nous proposons d’étudier à sa suite la façon dont ces manières de lire se déploient en fantasy et les singularités de sa réception, en complétant son étude par une seconde enquête qualitative qui porterait plus spécifiquement sur les appropriations pratiques et politiques des imaginaires de la fantasy au prisme du genre. Nous nous intéresserons aux effets de la lecture en termes de construction et de reconduction des normes de genre et de sexualité, mais aussi de leurs transgressions et reconfigurations. La démarche pourra s’appuyer sur la méthodologie de l’enquête mise en œuvre par Elodie Hommel13, et nous envisageons pour l’instant de suivre son choix de privilégier la tranche d’âge des 20-35 ans. Les littératures de l’imaginaire « s’inscrivent pleinement dans la constellation de pratiques liées au numérique14 », et il s’agit justement d’une génération actrice de l’évolution de ces pratiques, qui ont aussi permis l’émergence de nouvelles formes de militantisme — une possible connexion qu’il faudra explorer15. Le critère fondamental de sélection de l’échantillon sera la diversité des profils : origines sociales contrastées, personnes qui lisent beaucoup ou peu, lecteurs·trices exclusifs·ves de fantasy ou possédant des pratiques lectorales plus larges… Nous chercherons donc à entrer en relation avec les lecteurs·trices en variant les lieux de contact, comme des festivals et événements liés à l’imaginaire, des bibliothèques et librairies spécialisées comme généralistes, des grandes surfaces culturelles, des forums de fans ou interconnaissances. Le recrutement écartera les amateurs·trices de fantasy qui la fréquentent à travers d’autres médias mais ne la lisent pas. Il s’agira ainsi d’entretiens compréhensifs semi-directifs portant sur les goûts de lecture, le parcours personnel dans la découverte et l’exploration du genre littéraire concerné, les conditions matérielles de la lecture et les pratiques liées à celle-ci (pratiques d’appropriation et de sociabilité en particulier).

État de la recherche, enjeux et perspectives

Un certain nombre de travaux sont disponibles sur les problématiques qui nous préoccupent, qu’ils soient centrés sur des œuvres spécifiques ou sur d’autres supports que le roman16. L’ouvrage d’Anne Larue, Fiction, féminisme et postmodernité : Les voies subversives du roman contemporain à grand succès (2010), fait référence en France concernant les réflexions féministes sur la magie et le retour à la nature en fantasy, ainsi que les contre-cultures qui les accompagnent. À notre connaissance, la thèse de Pascale Laplante-Dubé, entamée en octobre 2019 sous la co-direction d’Anne Besson et de Lori Saint-Martin (UQAM), est encore la seule à traiter de l’interaction entre genre et roman de fantasy. Celle de Jes Battis, Queer Spellings: Magic and Melancholy in Fantasy-Fiction (2007), avance quant à elle que la fantasy serait en quelque sorte fondamentalement queer en explorant à partir de théories psychanalytiques les liens entre magie et mélancolie dans différents médias. Enfin, un certain nombre de thèses soutenues ces dernières années dans l’anglosphère17 portent sur les rapports de genre (et notamment le lesbianisme) dans la littérature de fantasy jeunesse ou jeune adulte, en se concentrant notamment sur les effets de celle-ci dans la construction mentale des jeunes. Nous constatons que de nombreuses approches informées par les gender studies ont abordé les représentations et constructions liées au genre de façon parcellaire, c’est-à-dire en s’intéressant à une œuvre ou un·e auteur·trice spécifique sans nécessairement réfléchir à ce que cela traduit pour le genre littéraire qui nous préoccupe, ou en dressant un simple tableau de personnages féminins « complets » qui sortiraient des rôles traditionnels dans lesquels ils ont longtemps été cantonnés. Par ailleurs, lorsque l’on s’intéresse aux recompositions théoriques permises par la fiction, la recherche queer s’oriente plutôt vers la SF, le cyborg, le « posthumain »… la fantasy demeurant un objet méprisé, ou du moins délaissé. La recherche française connaît un retard plus significatif encore : la plupart des travaux existants sur l’interaction entre fantasy et politique au sens large sont anglophones et ne traitent pas du corpus français (d’autant plus lorsqu’il s’agit de questions de genre) — d’où la nécessité, sûrement, de cette perspective comparatiste. Si les travaux autour des problématiques qui nous intéressent sont nombreux, à notre connaissance il n’existe pas encore d’étude d’ampleur qui articulerait une approche féministe des textes et de leur réception avec la modernité de la fantasy des dernières décennies. Il s’agit néanmoins d’un domaine porteur, comme en témoignent les thèses actuellement en cours de rédaction en France comme dans l’anglosphère, ou le prochain ouvrage d’Anne Besson sur les liens entre enchantement et engagement.

Citer ce billet: Manon Berthier, "Projet de thèse", dans Lectures politiques de la fantasy, publié le 25/01/2021, https://fantasygenre.hypotheses.org/167, consulté le 09/12/2021.
  1. Jackson, Rosemary, Fantasy: The Literature of Subversion, Londres/New York : Routledge, 1981. []
  2. Les principales réflexions et revendications portent alors sur la maîtrise de la sexualité et le droit à l’avortement libre et gratuit, ainsi que sur la reconnaissance du travail domestique. Voir Bard, Christine (dir.), Les Féministes de la deuxième vague, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2012. []
  3. Radway, Janice, Reading the Romance. Women, Patriarchy and Popular Literature, Chapel Hill/Londres : The University of North Carolina Press, 1984. La chercheuse souligne les deux fonctions primordiales de la romance : évasion et instruction. []
  4. Albenga, Viviane, S’émanciper par la lecture. Genre, classe et usages sociaux des livres, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2017, p. 25. []
  5. Le motif de la quête, comme « trajet dans l’espace et dans le temps visant à avancer vers un ou plusieurs buts, ces buts étant à la fois matériels et symboliques, internes et externes au sujet qui les recherche », en est par exemple généralement constitutif. Définition de travail volontairement large, proposée par Karla Grierson lors d’un séminaire intitulé « Quêtes et idéaux » qui s’est tenu à l’Université Toulouse 2 – Le Mirail en 2008-2009, citée dans Bergue, Viviane, La Fantasy : Mythopoétique de la quête, CreateSpace, 2015, p. 13. []
  6. Farwell, Marilyn, Heterosexual Plots and Lesbian Narratives, New York/Londres : New York University Press, 1996, pp. 26-32. Sur les récits de quête et l’héroïsme masculin en particulier, voir pp. 143-144. []
  7. « Le sujet lesbien, qui est construit par le discours, pénètre différentes structures narratives et interroge, remet en question le positionnement genré des éléments du récit. Il sape l’opposition et la hiérarchie des sexes ainsi que la sociabilité masculine, qui sont des éléments structurels de l’idéologie du récit occidental. Il refuse et réarrange l’espace narratif restreint qui est traditionnellement concédé aux femmes, créant ce que j’appelle un récit lesbien. » Farwell, Marilyn, Heterosexual Plots and Lesbian Narratives, New York/Londres : New York University Press, 1996, p. 23 (traduction personnelle). []
  8. Voir par exemple Haraway, Donna Jeanne, « Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective », Feminist Studies, vol. 14, n° 3, 1988 ; ou les travaux fondateurs de Harding, Sandra : The Science Question in Feminism, Ithaca, New York/Londres : Cornell University Press, 1986, et Whose Science? Whose Knowledge? Thinking from Women’s Lives, Buckingham : Open University Press, 1991. []
  9. Larue, ïan, Libère-toi cyborg ! Le pouvoir transformateur de la science-fiction féministe, Paris : Cambourakis, 2018, p. 18. []
  10. « Comment les efforts pour envisager des possibilités en dehors des structures hétéronormatives pourraient-ils ne pas impliquer une certaine idée d’avenir ? », interroge-t-elle. Lothian, Alexis, Old Futures: Speculative Fiction and Queer Possibility, New York : NYU Press, 2018, p. 5 (traduction personnelle). []
  11. Concept mobilisé par la sociologue Viviane Albenga, et défini comme « le parcours d’adhésion ou de distanciation à l’égard des normes de genre en vigueur de manière transversale dans la société étudiée ou dans la classe sociale d’origine. Dans la perspective que nous défendons, l’émancipation saisie dans des trajectoires n’exige pas la mise en échec des systèmes de dominations de classe ou de genre, mais suppose de redéfinir les appartenances initialement assignées et de remettre en question les frontières qui ferment l’espace des possibles. » Albenga, Viviane, S’émanciper par la lecture. Genre, classe et usages sociaux des livres, p. 23. []
  12. Hommel, Élodie, Lectures de science-fiction et fantasy : enquête sociologique sur les réceptions et appropriations des littératures de l’imaginaire, thèse de doctorat, Lyon : Université de Lyon, 2017. La chercheuse reprend l’expression forgée par Bernard Lahire pour évoquer « la manière de lire qui ne s’appuie pas sur le texte en tant que texte, mais en tant que représentation d’un monde qu’on peut confronter au monde réel » (p. 122). []
  13. Hommel, Élodie, Lectures de science-fiction et fantasy : enquête sociologique sur les réceptions et appropriations des littératures de l’imaginaire, pp. 15-23. []
  14. Hommel, Élodie, Lectures de science-fiction et fantasy : enquête sociologique sur les réceptions et appropriations des littératures de l’imaginaire, p. 16. La chercheuse reprend ici les travaux de David Peyron. []
  15. L’interaction avec le champ politique n’est bien sûr pas nouvelle, puisqu’il existe des occurrences d’utilisation de symboles ou citations tirés d’œuvres de fantasy à des fins militantes dès les années 1960-70, comme les slogans « Frodo lives! » ou « Gandalf for president!» des campus états-uniens contestataires. []
  16. Voir en particulier Roberts, Jude, et Esther MacCallum-Stewart (eds.), Gender and Sexuality in Contemporary Popular Fantasy: Beyond boy wizards and kick-ass chicks, New York/Londres : Routledge, 2016. []
  17. Ainsi que, pour certains articles, Clasen, Tricia et Holly Hassel (dir.), Gender(ed) Identities: Critical Rereadings of Gender in Children’s and Young Adult Literature, New York/Londres : Routledge, 2017. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Rachel dit :

    Hello !
    Je viens donc juste de lire le descriptif de ton projet de thèse. C’est vraiment hyper intéressant !! Je suivrais avec attention son évolution, si tu continues à poster sur ce blog ! 😀
    Je me posais justement des questions sur le féminisme en SFFF depuis quelques temps et je suis ravie de voir que ces questions prennent vie dans le monde de la recherche !
    Je vais aller faire un tour dans les sources également.
    D’ailleurs c’est amusant de voir que, lorsque l’on cherche bien autour des questions de féminisme et de genre dans la SFFF et la fantasy en particulier, on finit vraiment sur les mêmes résultats : Ursula Le Guin, Nnedi Okorafor et Samantha Shannon 😉
    Je ne sais pas si tu as entendu parler du Chant des cavalières, de Jeanne Mariem Corrèze, mais je le recommande, pas en ajout du corpus puisqu’il est déjà fixé, mais en lecture personnelle si tu le souhaites.

    J’ai hâte de suivre l’évolution de tes recherches, découvertes et conclusions.
    Tous mes encouragements ! Bonne journée,
    Rachel

    • Manon Berthier dit :

      Bonjour Rachel, merci pour ton message et ton enthousiasme !
      Je vais en effet essayer de nourrir ce carnet un peu plus régulièrement que je ne l’ai fait en 2020… Concernant le corpus, il n’est pas fixé et je ne l’ai établi ainsi l’an dernier que pour les candidatures à des financements de thèse. Donc oui, je continue non seulement de lire mais de prendre les suggestions (et Le Chant des cavalières est sur ma pile). 😉 Par ailleurs, tu as raison de noter que c’est bien souvent les mêmes noms qui reviennent lorsque l’on parle de fantasy écrite par des femmes ou supposément féministe, mais il me semble quand même que Shannon est encore moins (re)connue que Le Guin ou Okorafor, notamment parce que The Priory est souvent d’abord catégorisé comme lesbien plutôt que comme féministe…
      À bientôt peut-être,
      Manon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search